accueil


Qbis se destine à la conception et à la réalisation d’ouvrages publics et privés. Au service de particuliers ou d’entrepreneurs, ou en répondant aux appels d’offres publiés par les institutions, l’atelier entend soumettre tout programme au questionnement du site, de l’usage et d’une histoire à venir… Car l’architecture a vocation à dépasser l’utilitaire pour que d’un agencement d’espaces naisse, au bas mot, une sensation : vertige, confort, éblouissement, surprise, allusion, illusion, mouvement, sécurité…

Prologue ou épilogue du projet, ce qui qualifie in fine la construction en réfère donc au sensible au moins autant qu’au solide. Sans obsession ni a priori, l’architecte a en effet la charge de composer la partition que jouera l’orchestre, sans certitude non plus que celui-ci s’y conformera mais avec l’attention requise pour provoquer son adhésion. Quant à ce qui vient après…

Les 4 lettres de qbis renvoient à l’attache historique de l’atelier : quai du blanc seau, à Tourcoing. Mariées au « i » de Bisbrouck (un « i » d’interrogation, d’information, d’insolite, d’inédit,… comme un point d’exclamation retourné, le « i » semble être le signe du questionnement, de la mise en cause sous entendue), ces 4 lettres suggèrent le cube, archétype volumique, dans sa figuration comme dans son exposant, en même temps qu’elles ironisent sur le doublement d’une lettre plutôt que d’un chiffre… au risque de paraître « q-q » !

Si bien qu’après avoir précisé ces deux points, il convient de retenir le plus sérieusement qu’en architecture comme chez Musset, « peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse! » En tachant de faire beaucoup avec peu, l’exercice ne se limite pas à l’empilement de planchers et à l’érection de parois mais ambitionne plutôt qu’une construction irréprochable devienne un lieu enviable.

















qbis architecture / V2.0 / contact@qbis.fr / dernière mise à jour le 18 avril 2017 à 20 h 59 min